lundi 29 février 2016

The Voice - les coulisses - Audition à l'aveugle 3/3

Lundi 29 Février.

Tout va bien.
Tout va très bien.
Quelles étaient mes peurs déjà? les haters? passer inaperçue?
oh oh oh !
Il est clair que je ne suis pas une artiste "The Voice " qui a explosé. A priori je ne ferai pas la couverture de "Voici" ni de "Closer".
MAIS Pour dire vrai (et vous savez maintenant à quel point j'essaie dans ce blog d'être honnête et sans complaisance avec moi-même...), je crois que ce que j'ai est exactement ce qui peut me faire le plus de bien. J'ai passé la journée hier à répondre à toutes les personnes qui ont eu la gentillesse de prendre de leur temps pour m'écrire un mot. C'était très agréable à faire, à dimension humaine, je me suis sentie bien, pas débordée mais pas non plus ignorée.
J'espère, en fait, je prie pour que cette aventure reste aussi simple, quel que soit le temps que je passe dans l'émission.
 Merci à tous. :-)



Mais revenons où je vous ai laissé....
Juste avant l'audition à l'aveugle...




je vais devoir revenir sur des choses pas très drôles...mais c'est à ce moment là que ça s'est passé....



Nous sommes le 14 novembre.
Hier l'horreur à Paris.
L'horreur tout court.

       Je pleure beaucoup d'autant plus qu'aujourd'hui ce sont les funérailles de ma grand-mère, 94 ans.
Je m'habille, je retrouve mes copines de chants et de cœur. Elles ont bien voulu venir chanter avec moi pour cette femme qu'elles ne connaissaient pas mais à qui je ressemble tellement.
Elles descendent de leur chambre d’hôtel, on se prend dans les bras et on pleure. Nos gorges sont serrées. Nous allons chanter dans quelques heures, la cérémonie est prévue pour 10H.
        On termine notre café. Nous arrivons à manger, tout semble sans goût, nous agissons de manière automatique. Des larmes coulent. On coupe la télévision, le silence fait du bien. On se lève et on charge le matériel.
        L'Eglise nous attend, nous avons l'habitude, on s'installe, je vérifie avec le prêtre le déroulement de la cérémonie.

       Je m'installe à mon piano. Je respire profondément. J'essaie de trouver le bon endroit en moi pour arriver à chanter. Mes copines sont dans le même état. On se soutient sans un mot.
Nous arrivons à la fin de la cérémonie et nous entonnons la chanson préférée de ma grand-mère, "je chante pour toi liberté".

Tellement à propos.

Quelques jours avant je la trouvais complètement ringarde et là je la trouve sublime.
Nous y mettons tout, nous donnons tout, interprétons toutes les nuances.
          Voilà à quoi nous servons nous artistes, nous sommes là pour nous rassembler tous autour d'un sentiment commun, une idée commune, l'amour, la liberté, nos angoisses, nos peurs, nous sommes là pour que chacun puisse se dire qu'il est compris, qu'il n'est pas seul que nous vivons tous les mêmes émotions, les mêmes choses à divers moments de notre vie, nous sommes ensemble, nous sommes les mêmes.
            Le dimanche 15 novembre je vais à Paris. Je vais faire ma répétition le 16, l'enregistrement de l'émission est prévue le 17. Nous serons plus nombreux que prévu, ils ont bien sûr annulé le passage du samedi 14.
Est-ce que ça a du sens?
Je pleure encore beaucoup.

            J'arrive à Paris, je vais dans la chambre que j'ai loué. c'est sale, mauvaise pioche. Quand on a pas les moyens, c'est la loterie, c'est comme ça, je suis habituée.
Je sors manger, les rues sont tristes et électriques, je suis dans le quartier de la gare du nord.
Il y a de la tension dans l'air, comme un point d'interrogation, comment on continue?
Peut-être que je devrais demander aux libanais...aux palestiniens....aux israéliens....aux irakiens...aux syriens...aux...aux....que la liste est longue.
            Je mange rapidement et repars dans mon taudis.

C'est le matin, j'arrive dans les locaux de The Voice.
          L'équipe est très accueillante, très chaleureuse, on sent pourtant qu'après le 13 novembre, le cœur a du mal à sourire. S'ensuit une journée très longue mais paradoxalement très ludique, je commence par le stylisme, la tenue que j'ai apportée leur convient. Je passe au maquillage, Salomé la maquilleuse est adorable.
Je passe à l'échauffement avec Angie. Vocalises bien agréables, je chante une fois ma chanson, pas très bien, comme à toute mes répétitions.
Je redescends et là une série d'interviews commence. Je me prends carrément au jeu. Je commence par chanter une reprise.

Comment peux-tu passer aussi vite de la gravité à la légèreté? 

Et puis vient midi et la minute de silence.

La première fois que je vois en vrai le plateau télé de The Voice, c'est pour la minute de silence en hommage aux victimes du 13 novembre.
C'est étrange.
Nous sommes tous là, la minute n'a pas commencé mais le silence règne déjà. Je suis submergée par l'émotion, mes larmes n'arrêtent pas de couler. Je m'essuie les yeux, j'essaie d'être discrète. Une main se pose rapidement sur mon épaule, je ne sais pas qui c'est, deux pressions compatissantes et elle se retire.C'est discret et ça me fait du bien.
La minute se termine.
Nous retournons dans le "foyer".
Une autre main (la même? je ne pense pas), se pose sur mon épaule, "ça va?", une voix avec un sourire que je trouve condescendant, pour le coup ça ne me fait pas du tout du bien, je ne connais pas cette chanteuse, le fait qu'elle parle et me regarde, je trouve ça invasif, je me dégage rapidement, je grommelle un oui.  C'est dingue non? C'est un moment de fraternité mais cette main et cette voix m'irritent,  m'agacent...Je ne suis pas fière de moi mais ce "ça va?" Comment peut-on poser cette question? Dans les conventions on est obligé de répondre oui, elle me force à répondre oui, super je vais bien et toi ça va?
Bien sûr que ça ne va pas!!!! Évidemment que ça ne va pas, je pleure, je suis triste, je suis en colère, réserve ta question pour le petit déjeuner demain!!
ça va, bien dormi? Ouais cool.

...
...

Merde, elle voulait juste être gentille.
Qu'est-ce qui cloche chez moi?



Allez, c'est reparti pour le jeu.
Volte face, l'humeur redevient plus légère.
Interview à n'en plus finir, j'essaie de répondre de manière drôle et inspirée, l'exercice n'est pas simple, mais ça me plaît.
A mon tour de répéter sur le plateau.
Woaw.
J'écoute tout ce qu'on me dit, tu dois rester là, le rideau s'ouvre, tu vas là-bas, tu regardes par ici, décompte, tu commences, là tu prends ton micro, tu vas là, tu écoutes ce que les coachs te disent et tu repars par là.
Je flippe, mais vraiment, je me sens bien sur ce plateau, les gens sont bienveillants. Je me sens à la maison, je fais ma chanson. j'adore. encore, encore, ENCORE!!!!!
Je repars.
Le soir nous sommes en famille, mon chéri ma sœur et moi à Aubervilliers.
Je prends le risque de manger indien, les épices et moi c'est pas toujours le duo gagnant.

Nous dormons tous mal.
On se lève avec des gueules pas possible, je me dis que Salomé aura un peu plus de travail.
Nous arrivons sur les lieux de très bonne humeur, on a envie de rire. Maquillage, stylisme, j'échauffe ma voix mais je refuse de chanter ma chanson, c'est trop tard, je n'ai pas envie, et si je me plante? Si je déraille? Dans quelle disposition ça me mettra pour le soir? La chanson est vraiment dur pour moi. Je ne veux pas de mauvaises ondes.
Je redescends et là nous sommes très nombreux à attendre.
Ca piaille, ça ri, ça se reluque de partout mais l'ambiance est plutôt cool.
Encore quelques interviews seule et ensuite avec ma famille. On nous demande de nous faire un câlin...on explose de rire, un quoi? un câlin? nous sommes pudiques nous, on fait pas ça comme ça... alors on essaie, on dirait des pingouins endimanchés.

Et puis on attend.
On mange.
On attend.
On mange.
On va aux chiottes.

La journée est un long défilement de gens qui prennent un café et vont aux chiottes.

Nous sommes tous malades.
La peur, les amis, le trac, c'est terrible pour le transit.
Je pense que la production de The Voice a des parts dans les rouleaux de PQ.
C'est pas glamour? 
Je te jure que c'est vrai, un défilé incessant. Tous gênés parce que évidemment pas moyen d'être tranquille avec son trac, t'as toujours quelqu'un derrière la porte qui attend son tour.

C'est ça aussi "The Voice" l'ami ! "This is The voice  tindinlindiiiiiiin"
             Bruno Berberes, Ze casteur,  discute avec les candidats , il prend le temps de discuter avec moi. Je lui dis que j'aimerais vraiment avoir Zazie comme coach, il est d'accord sur mon choix, il trouve que ça marcherait bien.
         On arrive au moment fatidique. Ça va commencer, on nous met tous dans une immense pièce avec plein de mobilier tendance, on se croirait chez Maison du monde. Il fait une chaleur terrible, on transpire à grosses gouttes, ils font quelques images et éteignent les lumières. ouf. on respire.
Les premiers candidats sont appelés, il est 20h.

          On ne connaît pas notre heure de passage, ils font le filage en temps réel.
Il y a un piano à queue et certains artistes s'y mettent, il y a notamment Clide qui est franchement bon je trouve. C'est très agréable à écouter tout ça, ça détend.
On attend...
Les candidats passent...
Nous on attend...
On entend les cris dans la family room, c'est comme ça qu'on sait que les coachs se sont retournés, mais il y a une grosse réserve quand les artistes reviennent, on ne sait pas vraiment qui a été pris ou pas...c'est étrange...
On attend...
BORDEL ON ATTEND
Ça y est on m'appelle!!!
Il est minuit. 

Je monte refaire un échauffement, je redescends....
J'attends...
...
C'est mon tour,
Ma sœur et mon chéri vont dans la family room, 
Moi JE RESTE SEULE (et merde...effet The voice...je chante du Goldman....Private joke aux choristes de ma chorale...)


Je recroise Bruno Berberes. Là il me demande si je veux toujours Zazie. Je lui réponds que oui. Il me dit que son équipe est déjà chargée en femmes, qu'il n'y a peut-être pas assez d'espace pour me mettre en valeur...Il me conseille du coup de vraiment écouter ce que les coachs me disent. 


Je me reconcentre.
Je me sens étonnamment calme. Retouche maquillage, je vais dans un couloir pour faire des images de moi en train de me concentrer...c'est sans doute le seul moment où je n'arrive pas à me concentrer...J'entends mon prédécesseur puis les remarques des coachs, j'en déduis qu'il n'a pas été pris.
Ensuite on me laisse un peu seule, et on vient me chercher pour monter les escaliers. 
Je suis derrière le rideau, tout le monde est adorable là, des sourires bienveillants, on parle tout doucement.
J'ai envie d'y aller, j'ai envie de vivre pleinement ce moment de folie, ce moment hors du temps.
Le rideau s'ouvre.

Je m'avance, je prends mon temps, je branche ma guitare, je respire, c'est très fort, une émotion incroyable, l'impression d'être sur un fil, de faire un numéro d'équilibriste.
Le décompte.
Et c'est parti.
1er accord.
Je fais ma 1ère phrase et termine par une fausse note.
Oh oh. Je sens bien que mon corps et mon esprit sont détendus mais que que l'idée n'est pas encore arrivée aux oreilles de mes cordes vocales ni de mes doigts sur cette guitare!
C'est pas grave, je comprends et j'accepte, c'est comme ça.
Ça ne me gâchera pas mon moment. Je m'en fiche des fausses notes, ce que je veux c'est vivre pleinement le moment présent.
Je chante To France de Mike Oldfield.

Je suis sur un plateau télé.

Et c'est cool. 

It's so fuckin' cool !!!!!!!!!!!!!!

Je manque de souffle tellement mon cœur bat vite, je peine à finir mes phrases, ça aussi je m'en fiche.

j'ai légèrement changé la mélodie sur le pont pour pouvoir chanter un peu plus grave,  cette chanson est tellement aigue!

et voilà.

Ils se retournent, Garou et Pagny en même temps.

je savoure.

dernière note.
Zazie.


Est-ce que ça valait le coup?

Grave.

Et même si tout s'arrête très vite, c'était un kiffe énorme, ÉNORME !  (note à moi même....si effectivement ça s'arrête très vite, relis toi Lola, relis-toi!!!!)

Je ris beaucoup, prends le temps de débrancher ma guitare et de prendre mon micro. Je me positionne comme ils me l'ont dit, et j'écoute.


Je repense à a ce que Bruno m'a dit.
Au moins, au lieu d'aller tête baissée vers celle que je préfère musicalement, j'écoute ce qu'ils ont à dire.
Je trouve que Zazie manque d'arguments et ne semble pas vraiment me vouloir...Et puis il y a ce type, solaire, souriant, généreux, heureux d'être là, il semble véritablement s'amuser et moi c'est de ça dont j'ai besoin. M'amuser, lâcher prise, le moment présent est follement important, urgent. 
Alors je le choisi lui. Garou.

Je sors de scène, je suis bouffie d'adrénaline.
Je revois ma famille, on se fait un câlin de pingouins endimanchés devant les caméras,  on est heureux.
je repars pour des photos et interviews.

Enfin nous pouvons partir. Je remercie toute l'équipe, je n'en reviens pas qu'ils soient tous encore très souriants et agréables avec nous après cette journée de folie. Charlène, Marine, Kim, Emilie, Jérôme, Medhi...tous souriants et prévenants. 

Je sors, nous prenons la voiture et on rentre chez nous.

Je conduis les yeux grands ouverts, l'adrénaline au top, je parle, je parle, je ris, on se marre ensemble, on a le sentiment d'une bonne blague, ce voyage est surréaliste.

Je dors 2h et enchaîne avec une journée de résidence artistique avec The ShougaShack, l'énergie toujours présente.
Le soir je récupère ma petiote. bonheur.

Puis deux autres jours de résidence....
Avec la déprime.

Bah oui les amis, c'est comme une drogue, t'es heureux puis t'es en manque et ça met bien deux jours à se calmer.

Il faut le savoir.
Il faut l'accepter.

Rendez-vous aux battles.





15 commentaires:

  1. Tu étais très bien, bonne chance pour les battles .et j adore Garou (.je suis la tante de Mickaël), bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gisèle, un grand merci. Garou est absolument adorable, ça ne m'étonne pas que vous l'appréciez.

      Supprimer
  2. Alors un bravo anti-déprime. Merveilleux choix de chanson :)

    RépondreSupprimer
  3. tiens bon la barre garou a l'air chouette !animo!

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Lola, JE Te souhaite d aller le plus loin possible 😃 ta grand mère te portera chance de là haut tu verras. Bisous et bonne chance

    RépondreSupprimer
  6. Salut Lola! Tu ne te souviendras surement pas de moi, mais on a fait notre 2nde ensemble et on a chanté un peu ensemble aussi... Je t'ai reconnue tout de suite devant mon écran et je t'ai trouvée vraiment très agréable à écouter d'autant que Mike Oldfield est un artiste que j'adore.
    Je te trouvais déjà douée au lycée, mais ta voix a beaucoup murie et c'est encore plus agréable maintenant !
    Je te souhaite bon courage pour la suite (émission ou pas) et d'arriver là où tu le souhaite, entourée de ceux qui comptent pour toi! ;-)
    Voilà je voulais juste te faire part de mon super retour en arrière vécu samedi dernier! ;-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voui!!! Je ne pensais pas que tu te serais souvenue! ;-)

      Supprimer
  7. Bon courage pour la suite de l'emission en tout cas!! Y'a du talent mais tu as toutes tes chances!

    RépondreSupprimer
  8. reste zen ""si tu peux"" tu as un charisme et du talent alors ai confiance en toi. m.....

    j ai beaucoup aimer ce week-end en musique au mans.

    RépondreSupprimer
  9. J’imagine l’angoisse que tu dois ressentir à ce moment-là. À mon avis, je n’aurais jamais pu supporter toute cette pression. Déjà ça, c’est gagné je trouve ! Toutes mes félicitations.

    RépondreSupprimer